La CNV

Quelques mots sur l’intention de la Communication NonViolente selon Marshall B. Rosenberg : « Le lien avant le résultat », « la connexion avant la solution »

La CNV a pour but prioritairement, avant d’aboutir à un résultat, de rétablir le lien entre les personnes pour qu’elles installent et/ou restaurent une relation qui favorise la reconnaissance et l’accueil de la réalité de chacun.
Avec le processus CNV les critiques, accusations, jugements sont traduits en faits, sentiments et besoins afin de permettre, au delà des mots, de clarifier les intentions, d’être entendu dans les besoins fondamentaux, de trouver par soi-même des solutions, adaptées et durables, en exprimant des demandes. Le processus CNV invite la personne accompagnée à une qualité de présence dans l’ici et maintenant.

"Au-delà des idées du bien et du mal, il y a un champ : viens, je t'y attends..." (Rumi)


Principes de la Communication NonViolente (CNV)

L’intention de la Communication NonViolente est de créer une qualité de relation et d’empathie, avec soi et avec les autres, permettant de satisfaire les besoins fondamentaux de chacun/e de manière harmonieuse et pacifique.

La CNV nous aide à nous relier à ce qui est vivant en nous et chez nos interlocuteurs, instant après instant ; à mettre notre attention sur ce que les autres et/ou nous pouvons faire pour nous rendre la vie plus belle, tout en accueillant en conscience ce qui peut faire obstacle à notre façon naturelle de donner et de recevoir.

La CNV nous propose, dans des situations de désaccord, de tensions, voire de conflit, une trame concrète pour maintenir le dialogue et rechercher ensemble une solution créative ; elle nous invite à placer notre conscience sur :

- ce que nous observons
- ce que nous éprouvons, ressentons
- nos besoins
- nos demandes

L'utilisation de la CNV permet de développer des capacités concrètes, par le biais :

D’un savoir-faire
qui comprend :
- l'énonciation d'observations rigoureuses, que nous distinguons et séparons de nos jugements et de nos évaluations ;
- l'expression de nos sentiments, en mettant l'accent sur ce qui se passe en nous de plus authentique dans l'instant, plutôt qu'en en rendant l'autre responsable ;
- la découverte de nos besoins (valeurs, motivations...) que nous différencions des moyens permettant de les satisfaire ;
- la présentation de nos demandes formulées avec précision, de façon positive, concrète, réalisable, en étant attentif à laisser à notre interlocuteur le choix de répondre « non » ;
- la capacité à nous relier aux autres de manière empathique en focalisant notre attention sur ce qui, pour eux, est vivant et actuel (leurs propres observations, sentiments, besoins et demandes).

D’un savoir être consistant à :
- nous relier à notre intention lorsque nous sommes en relation ;
- retrouver le chemin de nos aspirations profondes ;
- donner la priorité au lien que nous établissons avec l'autre avant de rechercher une solution, un résultat, un changement, etc ;
- nous relier au vivant ici et maintenant ;
- devenir progressivement des observateurs plus fins de la réalité
;
- accueillir et gérer nos émotions
;
- « décoder » ce que nos interlocuteurs veulent vraiment dire, par-delà des propos ou des comportements qui peuvent nous déranger au premier abord ;
- nous réapproprier la confiance en nos ressources intérieures et reprendre le pouvoir sur notre vie, en interdépendance avec autrui.

La CNV s'adresse à toute personne, de tout âge, désireuse d'améliorer sa relation avec elle-même et autrui. Elle s'applique dans des contextes tant personnels que professionnels ou politiques.
Le réseau international de la CNV s'étend actuellement dans plus de 65 pays.


Origine et histoire


La Communication NonViolente est basée sur les principes de nonviolence (ahimsa en sanskrit), définie comme l'état de compassion qui est naturel lorsque nulle violence n'est présente dans nos pensées ou notre coeur.

Elle s’est ainsi appuyée sur le postulat (prouvé depuis lors par les dernières recherches scientifiques en physiologie et psychologie) que nous sommes empathiques par nature et que les stratégies brutales, verbales ou physiques, sont les conséquences d’un conditionnement nous amenant depuis plusieurs millénaires à considérer la nature humaine comme « mauvaise dans son essence ». Il en résulte des formes d’éducation et de communication qui nous éloignent tragiquement de notre nature véritable.

Le processus de la CNV vise donc à nous permettre la réappropriation de notre nature relationnelle basée sur la compréhension mutuelle, la collaboration et l’amour. Il est fondé sur la prise de conscience de ce qui facilite ou au contraire entrave l’élan d’une coopération joyeuse entre êtres humains et met l’accent sur ce qui nous relie par-delà toute différence, en particulier nos aspirations profondes – notre patrimoine commun. Constatant que nous partageons tous les mêmes besoins, nous prenons conscience que chacune de nos actions est une tentative de combler un ou plusieurs d’entre eux.


C'est dans les années 60 que le processus de la CNV a été mis au point par Marshall B. Rosenberg, psychologue clinicien collaborateur de Carl Rogers : cliquer ICI pour accéder à la page qui lui est consacrée.

Une définition de la CNV donnée par Marshall B. Rosenberg :

La Communication NonViolente, c’est la combinaison d’un langage, d’une façon de penser, d’un savoir-faire en communication et de moyens d’influence qui servent mon désir de faire trois choses :
- me libérer du conditionnement culturel qui est en désaccord avec la manière dont je veux vivre ma vie ;
- acquérir le pouvoir de me mettre en lien avec moi-même et autrui d’une façon qui permet au don du cœur de devenir naturel ;
- acquérir le pouvoir de créer des structures qui soutiennent cette façon de donner

 (Marshall B. Rosenberg, Lausanne,  septembre 2003)